Bannière

ACTUALITES

Agression du cortège de l'opposition : Cellou Dalein Diallo raconte la folle journée de jeudi

 Politique
24/5/2013

 

Le principal opposant guinéen, Cellou Dalein Diallo, est clair : il a échappé de belle à une tentative d’assassinat physique avec l’ancien ministre Jean Marc Telliano ce jeudi à Conakry. Une information démentie par la police, a-t-on appris de bonnes sources. Lisez !

Premièrement, Cellou Dalein Diallo a dit que ses pairs de l’opposition se sont d'abord retrouvés à Bambéto en présence d'une marée humaine direction l'Aéroport de Conakry en empruntant la Transversale 2. Mais juste après les rails, il dit avoir vu les forces de l'ordre les dispersés avec du gaz lacrymogène, de l'eau chaude et les pierres.

Deuxième information, le leader de l’UFDG confirme que le bilan est lourd. « Ils ont brisé nos vitres avec des grosses pierres, celles du véhicule de Jean Marc Telliano. Mes vigiles et ceux de Telliano ont été sérieusement blessés aussi. Ils sont à la clinique. L'un d'entre eux est entre la vie et la mort. Il y a eu deux morts pour l’instant. L’un a succombé de ses blessures par balles. L’autre bastonné à mort. Faya et Telliano ont reçu beaucoup des coups. Soumah de la Geci a reçu une grosse pierre sur son épaule. Personnellement, je n'ai pas été blessé mais j'ai reçu un bobo sur la tête », a-t-il précisé.

Autres détails, Cellou Dalein Diallo confie qu’il avait appris le matin l’intention d'une bande organisée voulant le tuer avec Jean Marc Telliano. « Je n'avais pas pris la nouvelle au sérieux mais avec l'acharnement des loubars sur nos véhicules, nous avons compris que le projet d'assassiner un certain nombre de leaders par le cercle du pouvoir était réel. Ils se sont acharnés sur nous avec pour but de nous tuer mais c'est Dieu qui nous a sauvés. En particulier, Jean Marc et moi-même étions une cible privilégiée. En voyant les moyens utilisés, vous saurez que les gens ne s’amusaient pas », a-t-il accusé. Et d’enfoncer. « Lorsque le gouvernement dit qu'il nous a sauvés, ce sont des contrevérités. Nous n’avons eu aucun secours. Au contraire, le véhicule de la gendarmerie a cogné le mien. Je déments formellement l'information selon laquelle les forces de l'ordre nous ont protégées. Au contraire, elles ont protégé et appuyé nos agresseurs. Ce sont des histoires. C'est pour justifier leur tentative. Nous savons qu’un cercle du pouvoir a constitué une équipe. J’ai eu des éléments d’informations. J'apporterai des précisions comment c'est planifié et l'argent sorti. Ils disent que Cellou exagère trop. Comment peut-on laisser ce petit empêcher le professeur Alpha de gouverner. Il faut mettre fin à sa vie. J'ai des informations et je sais à quel cercle cela se passe. Aujourd'hui, c'est du concret qui était en train de se passer, non des rumeurs », a-t-il dit.

A ceux qui disaient que Cellou Dalein Diallo a été bloqué par ses militants, il assène. « Tous mes militants me disaient : Elhadj Cellou retournez, ce n'est pas sain. Quand j'étais devant, il n'y avait personne. Les jeunes étaient dispersés. J'étais en face du camion de la gendarmerie. Et lorsque j'ai voulu me retourner, ils m'ont cogné. Ils nous ont pulvérisé avec l'eau chaude et le gaz. Je ne voyais plus rien. Mes vitres avaient volé aux éclats. Mes militants ont un respect et considération envers leurs président », a-t-il témoigné.

Interrogé, les responsables de la police disent avoir géré la marche avec professionnalisme. Ils se félicitent d’avoir pu restauré l’ordre public sur l’Autoroute. Mieux, ils se disent fiers qu’ils n’aient pas enregistrés des blessés. Seulement, une douzaine de véhicules endommagés. Ils déplorent tout de même les affrontements entre deux camps non loin de Bambéto, qui ont coûté la vie à un jeune du quartier par des loubards.

A l’accusation de la tentative d’élimination des leaders politiques, la police guinéenne affirme que le leader de l’UFDG n’est pas leur interlocuteur. « Ce n'est pas mon équivalent. On n'a pas à discuter. Je ne suis pas le porte-parole du gouvernement. Ce n'est pas à moi de démentir. Cela n'engage que lui. On n'a pas fait de contact. C'est vérifiable », a-t-on appris.

Source : www.guineenews.com

 

 
Express TV
Guinée: Le premier ministre Mamdy Youla dévoile l'ossature de son gouvernement à 31 ministères!
Dépêches
Mamadou FOFANA Vs Seinkoun KABA
L’inconséquence de la Cour Suprême de Guinée !
Express radio

Archives

Echos de Sekhoutoureya
Exclusif : Communication : le plan caché du président ?
Politique
UFDG : Cellou Dalein a t-il vraiment trouvé une perle rare pour remplacer Bah Oury?
Interview de Kerfalla Camara, PDG de GUICOPRES
« Nous investissons pour vendre l’image positive de la Guinée »
Il faut sauver la Guinée du multipartisme désintégrateur
Mon point de vue (Par Sidiki Kobélé Keita )
HISTOIRE de la République de Guinée
Pourquoi est-il difficile aujourd’hui d’écrire sur la Première République (1958-1984) ? (Par El hadj Sidiki Kobélé Keita)
Interview de Sékou Souapé Kourouma avec le journaliste Bébel
« Je n’ai jamais été dans un mouvement armé quelconque avec Alpha Condé… »
REGIONS

Kindia : fin d’un atelier régional sur le leadership et le plaidoyer participatif

Guinée : Douze personnes condamnées à une forte amende pour le saccage de la résidence d’un préfet

Formation des OSC: Formulation et de suivi-évaluation des projets au centre des débats

Construction de la route Coyah - Farmoreah- Frontière de la Sierra-Leone: Avis de passation de marché

La préfecture de Kindia est en deuil : Le général a tiré sa révérence .

Démarrage du projet Souapiti : la population de la sous- préfecture de Bangouya informée et sensibilisée

Gaoual : commandant Manchon Camara, officier militaire, limogé de ses fonctions de sous-préfet de Koumbia

Guéckedou : Des jeunes affichent leur préoccupation pour le développement de la préfecture

Atelier de concertation : la gouvernance locale au centre des débats

Faits divers à Kérouané: pour avoir subtilisé un bonbon, une mère brûle la paume de son enfant

Bannière