ACTUALITES

Élections en Guinée : la rue contre les urnes (Par François Soudan)

13/2/2018

 

Une fois encore, la Guinée est en proie à une vague de violences postélectorales, aux lendemains du scrutin du 4 février dernier. Comment faut-il comprendre ces poussées récurrentes ?



Quater repetita. 2010, 2013, 2015, 2018 : une fois encore, une fois de plus, les violences, pourtant très localisées, qui ponctuent chaque rendez-vous des Guinéens avec les urnes ont joué le rôle du fromager cachant la forêt d’une démocratie élective certes balbutiante – même pas huit ans d’âge ! – et imparfaite à l’aune des parangons occidentaux, mais suffisamment prometteuse pour qu’on se garde de jugements hâtifs.



Une fois encore, une fois de plus, en cette semaine du 5 février, lendemain des premières élections locales réellement démocratiques depuis l’indépendance, les jeunes chômeurs, souvent issus des « gangs de l’Axe », actifs de part et d’autre de la route Le Prince, qui traverse la commune de Ratoma, banlieue nord de Conakry et fief du leader de l’opposition Cellou Dalein Diallo, ont affronté les forces de l’ordre.



Quand le chef de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) et ancien Premier ministre du général despote Lansana Conté lance, comme il vient une nouvelle fois de le faire, « il faut que la jeunesse de Guinée se lève pour exiger la vérité des urnes », les insurgés permanents du « ghetto » peul n’ont pas besoin de traducteur : ils montent au front avec leurs pierres et leurs frondes, telles des munitions manipulées à distance par des pilotes de drones.



La « république de Ratoma »



Dans cette « république de Ratoma » où flotte le drapeau de l’UFDG, toutes les occasions sont bonnes pour jouer l’épreuve de force avec le pouvoir du président Alpha Condé : délestages d’électricité, coupures d’eau, prix du riz, élections. Ici, aucun véhicule officiel ne se hasarde, et il n’est pas rare qu’un minibus transportant des employés chinois soit caillassé, comme en ce 6 février au matin : les Chinois, c’est bien connu, soutiennent Alpha Condé.




Quand les élections apparaissent comme une source de déstabilisation, la parole est à la rue




Une fois encore, une fois de plus, les ambassades étrangères envoient à leurs ressortissants des messages leur enjoignant d’éviter les zones de non-droit : Hamdallaye, Bambeto, Coza, une partie de Dixinn. Même si les troubles sont en réalité limités, l’effet de cette stratégie de la tension délibérément choisie par le principal parti d’opposition et son chef dans la perspective de la présidentielle de 2020 est assuré : quand les élections apparaissent comme une source de déstabilisation, la parole est à la rue. Et les investisseurs ne prennent pas l’avion pour venir vous voir.



Pourtant, et pour peu qu’on ne tombe pas dans le piège des provocations médiatiques, au-delà du niveau de violence et de la dose de fraudes (d’ailleurs largement répartie entre les deux camps) consubstantiels à tout apprentissage démocratique – il suffit pour s’en convaincre de se reporter aux scrutins chaotiques qui ont émaillé les IIIe et IVe Républiques françaises –, les élections locales du 4 février en Guinée se sont déroulées « normalement » malgré certaines imperfections.



Le représentant du secrétaire général de l’ONU en Afrique de l’Ouest, Mohamed Ibn Chambas, en a convenu, et l’auteur de ces lignes, présent ce dimanche-là à Conakry, peut en témoigner. Toute passion retombée, il est d’ailleurs possible d’en tirer quelques leçons pour l’avenir : percée de candidats indépendants comme Aminata Touré, fille de l’ex-président Ahmed Sékou Touré, à Kaloum ; rôle d’arbitre dans plusieurs communes clés de l’ancien Premier ministre Sidya Touré, dont la double casquette d’opposant modéré et de haut représentant du chef de l’État confine à la schizophrénie politique ; taux d’abstention élevé, sauf dans les régions où le réflexe ethnique l’emporte sur la logique partisane, etc.



Bipolarisation forte



Plus précisément, dans un contexte de forte bipolarisation entre le parti du chef de l’État, le Rassemblement du peuple de Guinée (RPG), et celui de Cellou Dalein Diallo, ce dernier a joué avec agressivité la carte du vote sanction, cherchant systématiquement à donner à une consultation locale un enjeu national. Résultat : la Moyenne-Guinée – le Fouta –, bastion peul et fief de Cellou, a voté presque comme un seul homme en faveur de l’UFDG, tout comme les communes des autres régions où cette communauté est majoritaire, à l’image de Ratoma.



Et ce avec un taux de participation élevé, dû à une organisation déterminée et efficace. De son côté, le parti au pouvoir a incontestablement pâti du choix d’Alpha Condé de demeurer au-dessus de la mêlée et de ne pas s’engager dans la campagne au même niveau que ses adversaires, le véritable test étant à ses yeux les législatives prévues pour la fin de cette année. Même si le RPG reste majoritaire en voix, la posture présidentielle dans un environnement où un parti vaut avant tout par le charisme de son leader ne pouvait être qu’un handicap.




On se demande parfois à quoi servent certaines élections si elles doivent déboucher sur le cycle contestation-agitation-déstabilisation-régression




À l’issue du scrutin du 4 février, la carte électorale guinéenne apparaît dans le fond inchangée depuis huit ans. Cellou Dalein Diallo et Sidya Touré bénéficient d’un vote communautaire, peul pour le premier, soussou pour le second, avec ses avantages et ses limites, alors qu’Alpha Condé, tout en conservant la loyauté de son bastion de Haute-Guinée, déborde de l’électorat malinké pour mordre largement sur ceux de Guinée forestière et de Guinée maritime.



Accusé d’ethnicisme par ses adversaires, il est en réalité nettement plus transversal qu’eux, donc a priori plus enclin à négocier les alliances et les compromis qui, loin du fétichisme électoral, sont une part importante de la substance démocratique.



Pour le reste, on se demande parfois à quoi servent certaines élections si elles doivent déboucher, faute de maturité politique, sur le cycle contestation-agitation-déstabilisation-régression. Et si, une fois encore, une fois de plus, ce sont les jeunes désœuvrés de l’Axe ou d’ailleurs qui en paient la note au prix fort.



JA


 

 
Express TV
L'an 60 de la Guinée: Le président Alpha CONDE et la presse Internationale
Dépêches
Mamadou FOFANA Vs Seinkoun KABA
L’inconséquence de la Cour Suprême de Guinée !
Express radio

Archives

Echos de Sekhoutoureya
Exclusif : Communication : le plan caché du président ?
Politique
UFDG : Cellou Dalein a t-il vraiment trouvé une perle rare pour remplacer Bah Oury?
Interview de Kerfalla Camara, PDG de GUICOPRES
« Nous investissons pour vendre l’image positive de la Guinée »
Il faut sauver la Guinée du multipartisme désintégrateur
Mon point de vue (Par Sidiki Kobélé Keita )
HISTOIRE de la République de Guinée
Pourquoi est-il difficile aujourd’hui d’écrire sur la Première République (1958-1984) ? (Par El hadj Sidiki Kobélé Keita)
Interview de Sékou Souapé Kourouma avec le journaliste Bébel
« Je n’ai jamais été dans un mouvement armé quelconque avec Alpha Condé… »
REGIONS

Mandiana à feu et à sang : des jeunes en colère dénoncent les « fausses promesses » du Professeur Alpha Condé

Dubréka : quand l’Etat fout le camp

Mamou: Le Président Condé inaugure la MUFFA et la MC2

Journées de l’élevage à Labé: Les ambitions du Président Alpha Condé pour le secteur

Labé: Un accueil chaleureux réservé au Président Alpha Condé

Dubréka : des femmes dans la rue pour réclamer l’eau et l’électricité

Fria: Le Président Alpha Condé relance les activités de production de l’Usine

Labé: Le procureur dans de sales draps

Guinée : une épidémie de fièvre aphteuse inquiète des paysans

Transports-Guinée : Les quatre ponts de Tanènè remis en état

Bannière