Bannière

ACTUALITES

Massacre du 28 septembre 2009: Un activiste des droits de l’homme conseille la vigilance aux victimes

 Société
14/11/2017

 
Si tout va bien, le procès du massacre du 28 septembre 2009 dans le stade du même nom à Conakry aura lieu en 2018. Mais en raison des conditions dans lesquelles se trouve la justice guinéenne, Aliou Barry, activiste des droits de l’homme, président de l’observatoire guinéen des droits de l’homme demande aux victimes d’être très vigilantes.

« Si nous avions des doutes, nous avons des preuves aujourd’hui que le pays n’est pas en mesure d’organiser un procès. Pour cela, je demande aux victimes du 28 septembre d’être très vigilantes », a conseillé Aliou Barry pour qui la Guinée est encore loin de la construction d’un véritable Etat de droit. Il invite à la société civile guinéenne à ouvrir les yeux.

« Si on n’a pas pu organiser un procès comme celui-là (ndlr : procès des tortures à la gendarmerie de Hamdalaye en 2010 dont il est l’une des victimes), comment peut-on organiser le procès d’un événement de la taille du 28 septembre ? », s’est interrogé à la sortie du tribunal de Dixinn, le lundi 13 novembre, l’activiste des droits de l’homme tout de même confiant quant à l’issue de ce procès.

En plus du manque de volonté politique de rendre justice, Aliou Barry se dit certain que les conditions de travail à la justice guinéenne rendent encore les choses plus compliquées. « J’ai eu la preuve qu’il y a un véritable problème à la justice guinéenne, aussi bien en terme d’infrastructure qu’en terme de personnel. La justice guinéenne est pauvre. C’est pathétique et je suis vraiment révolté », a-t-il dit.

Aliou Barry s’est dit révolté d’apprendre que Sékou Resco Camara accusé dans l’affaire des tortures à la gendarmerie de Hamdalaye se trouve en France pour des raisons de santé alors qu’il se porte comme un charme d’après des témoins. Pour lui, c’est un manque de considération pour les victimes en les apprenant que la justice ne sait pas où se trouve exactement l’inculpé.

Autre motif de révolte du président de l’observatoire guinéen des droits de l’homme, ce sont les conditions misérables dans lesquelles s’organise le procès des tortures à la gendarmerie de Hamdalaye. Or indique-t-il, ce procès s’annonce comme un test pour le tribunal de Dixinn qui connaîtra du dossier du 28 septembre 2009 suivi de près par tous.

Kovana SAOUROMOU

 

 
Express TV
Guinée: Le premier ministre Mamdy Youla dévoile l'ossature de son gouvernement à 31 ministères!
Dépêches
Mamadou FOFANA Vs Seinkoun KABA
L’inconséquence de la Cour Suprême de Guinée !
Express radio

Archives

Echos de Sekhoutoureya
Exclusif : Communication : le plan caché du président ?
Politique
UFDG : Cellou Dalein a t-il vraiment trouvé une perle rare pour remplacer Bah Oury?
Interview de Kerfalla Camara, PDG de GUICOPRES
« Nous investissons pour vendre l’image positive de la Guinée »
Il faut sauver la Guinée du multipartisme désintégrateur
Mon point de vue (Par Sidiki Kobélé Keita )
HISTOIRE de la République de Guinée
Pourquoi est-il difficile aujourd’hui d’écrire sur la Première République (1958-1984) ? (Par El hadj Sidiki Kobélé Keita)
Interview de Sékou Souapé Kourouma avec le journaliste Bébel
« Je n’ai jamais été dans un mouvement armé quelconque avec Alpha Condé… »
REGIONS

Formation des OSC: Formulation et de suivi-évaluation des projets au centre des débats

Construction de la route Coyah - Farmoreah- Frontière de la Sierra-Leone: Avis de passation de marché

La préfecture de Kindia est en deuil : Le général a tiré sa révérence .

Démarrage du projet Souapiti : la population de la sous- préfecture de Bangouya informée et sensibilisée

Gaoual : commandant Manchon Camara, officier militaire, limogé de ses fonctions de sous-préfet de Koumbia

Guéckedou : Des jeunes affichent leur préoccupation pour le développement de la préfecture

Atelier de concertation : la gouvernance locale au centre des débats

Faits divers à Kérouané: pour avoir subtilisé un bonbon, une mère brûle la paume de son enfant

Kérouané : Manifestation contre la dégradation très poussée des routes d'accès à la préfecture

Contrôle citoyen : le PASOC poursuit son offensif à Siguiri

Bannière