ACTUALITES

Guinée : une décision de l’administration du territoire provoque une vague d’indignations

6/8/2018

 
La décision du ministre guinéen de l’administration du territoire et de la décentralisation, Bouréma Condé interdisant les manifestations de rue sur toute l’étendue du territoire national suscite une vague d’indignation dans le pays, même au sein du gouvernement. Les défenseurs des droits humains demandent l’annulation pure et simple de cette mesure.

Se fondant sur la décision du ministre Bouréma Condé, le gouverneur de la ville de Conakry Général Mathurin Bangoura, a à travers un courrier adressé aux Forces Sociales, opposé un refus à ces derniers qui ont programmé une série de manifestation de rue à Conakry pour exiger rétablissement du prix des carburants à 8000 francs guinéens.

Fidel à son engagement de défendre les droits de l’homme, le ministre de l’Unité nationale et de la citoyenneté, Kalifa Gassama Diaby dénonce une décision qui s’attaque à l’essence même de son département. Il demande à son homologue de l’administration du territoire et de la décentralisation, la levée immédiate de cette mesure liberticide.

Dénonçant des actes réglementaires contraires à la Constitution, l’opposition dite républicaine compte braver l’autorité du ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation. Elle annonce une marche pacifique jeudi prochain à Conakry, et n’entend pas se soumettre à une décision contraire venant du gouvernorat de Conakry.

Pour sa part, l’organisation guinéenne de défense des droits de l’homme et du citoyen (OGDH) se dit « préoccupée ». « L’interdiction générale des manifestations, qu’elle soit écrite ou verbale, par des discours ou par media interposé, constitue une violation grave d’un droit reconnu par la Constitution guinéenne du 07 mai 2010, en son article 10 », dénonce l’OGDH à travers une déclaration publiée lundi 6 août 2018.

Par la même occasion, l’OGDH déplore et condamne fermement cette interdiction systématique et générale du droit de manifestation, sans oublier l’usage disproportionné de la force lors des manifestations du 23 juillet dernier, tant à l’égard des Forces Sociales de Guinée que du Mouvement syndical guinéen. Indiquant qu’un nombre important de manifestants sont alités suite à l’usage excessif des gaz toxiques.

Pour le président par intérim de l’OGDH, El hadj Mamadou Malal Diallo, « à l’allure où vont les choses, il y a des risques qu’on assiste en Guinée à la suspension de la Constitution et des institutions constitutionnelles ». Mais pour Maitre Hamidou Barry, membre de l’organisation, « à ces actes contraires à la loi, premier du genre en Guinée, il faut opposer la force de la loi si leurs auteurs refusent de revenir sur eux».

Rappelant que la liberté de manifestation est un droit que se situe au cœur du processus démocratique que le peuple de Guinée est en train de construire, l’OGDH indique au Gouvernement que son devoir régalien est de prendre toutes les dispositions nécessaires pour garantir aux citoyens la jouissance du droit constitutionnel de manifestation en Guinée.

Au pouvoir judiciaire, l’organisation guinéenne de défense des droits de l’homme et du citoyen demande de veiller à ce que les actes réglementaires contraires à la Constitution ne s’appliquent pas aux populations et que ceux qui, par excès de zèle s’évertuent à violer la Constitution soient traduits en justice. Et aux citoyens d’agir dans le respect de la loi en s’abstenant de tout recours à des violences inutiles.

A signaler que la Guinée est en proie à des manifestations parfois violentes depuis le réajustement du prix du litre des carburants.

Kovana SAOUROMOU








 

 
Express TV
L'an 60 de la Guinée: Le président Alpha CONDE et la presse Internationale
Dépêches
Mamadou FOFANA Vs Seinkoun KABA
L’inconséquence de la Cour Suprême de Guinée !
Express radio

Archives

Echos de Sekhoutoureya
Exclusif : Communication : le plan caché du président ?
Politique
UFDG : Cellou Dalein a t-il vraiment trouvé une perle rare pour remplacer Bah Oury?
Interview de Kerfalla Camara, PDG de GUICOPRES
« Nous investissons pour vendre l’image positive de la Guinée »
Il faut sauver la Guinée du multipartisme désintégrateur
Mon point de vue (Par Sidiki Kobélé Keita )
HISTOIRE de la République de Guinée
Pourquoi est-il difficile aujourd’hui d’écrire sur la Première République (1958-1984) ? (Par El hadj Sidiki Kobélé Keita)
Interview de Sékou Souapé Kourouma avec le journaliste Bébel
« Je n’ai jamais été dans un mouvement armé quelconque avec Alpha Condé… »
REGIONS

Mandiana à feu et à sang : des jeunes en colère dénoncent les « fausses promesses » du Professeur Alpha Condé

Dubréka : quand l’Etat fout le camp

Mamou: Le Président Condé inaugure la MUFFA et la MC2

Journées de l’élevage à Labé: Les ambitions du Président Alpha Condé pour le secteur

Labé: Un accueil chaleureux réservé au Président Alpha Condé

Dubréka : des femmes dans la rue pour réclamer l’eau et l’électricité

Fria: Le Président Alpha Condé relance les activités de production de l’Usine

Labé: Le procureur dans de sales draps

Guinée : une épidémie de fièvre aphteuse inquiète des paysans

Transports-Guinée : Les quatre ponts de Tanènè remis en état

Bannière