Banniere Guicopres janvier 2019

ACTUALITES

FMI : La Guinée en passe d'être élue à l’initiative PPTE!

 Economie
26/9/2012

 

La République de Guinée, sous la direction du Pr. Alpha Condé, chef de l’Etat, est en passe d'être officiellement admise à l'initiative PPTE (Pays Pauvre Très Endetté) par le Fonds Monétaire International. Selon des  informations sûres, la Banque mondiale a, lors de son Conseil d’Administration tenu ce mardi 25 septembre à Washington, approuvé le dossier guinéen.  En attendant la confirmation du FMI, l'on peut d'ores et déjà affirmer qu'en moins de deux ans, le Pr. Alpha Condé et la Guinée entière sont entrain de réussir là où bien des autres ont échoué. L’histoire de la Guinée est en marche. Le PPTE est désormais à un doigt de la Guinée. Nous y reviendrons.


Comprendre l’initiative PPTE

Fin septembre 2012, la République de Guinée va figurer sur la liste des pays pauvres très endettés qui ont atteint le point d’achèvement de l’Initiative PPTE. Ça sera une véritable bouffé d’oxygène pour le pays. L’allègement de la dette va aider à investir beaucoup plus dans des secteurs priorités comme la santé, l’éducation, et d’autres services sociaux de base. En attendant le Conseil d’Administration du Fonds Monétaire International (FMI) et de la Banque Mondiale, qui va annoncer la bonne nouvelle,AEG vous livre la fiche technique de l’allègement de la dette au titre de l’initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE):

Le FMI et la Banque mondiale ont lancé l’initiative PPTE en 1996 afin d'assurer qu'aucun pays n’est confronté à une charge d'endettement qu’il ne peut gérer. Depuis lors, la communauté financière internationale, y compris les institutions multilatérales et les autorités nationales, ont œuvré en vue de ramener à un niveau soutenable la charge de l'endettement extérieur des pays pauvres les plus lourdement endettés.

Un examen exhaustif de l'initiative en 1999 a permis au FMI d'octroyer plus rapidement un allégement plus substantiel à un plus grand nombre de pays et de renforcer les liens entre l'allégement de la dette, la réduction de la pauvreté et la politique sociale.

En 2005, en vue d'accélérer les progrès vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) des Nations Unies, l’initiative PPTE a été complétée par l’initiative d’allégement de la dette multilatérale (IADM). L’IADM prévoit l’allégement de la totalité des dettes admissibles par trois institutions multilatérales — le FMI, la Banque mondiale et le Fonds africain de développement (FAD) — pour les pays parvenus au bout du processus de l'initiative PPTE. En 2007, la Banque interaméricaine de développement (BID) a elle aussi décidé d'accorder un allégement de dette supplémentaire (« au-delà de l'initiative PPTE ») à cinq PPTE de l'Hémisphère occidental.

Processus en deux étapes

Les pays doivent satisfaire à certains critères, s’engager à réduire la pauvreté par des réformes et établir de bons antécédents au fil du temps. Au stade initial, le FMI et la Banque mondiale offrent un allégement intérimaire de la dette et, lorsque le pays a respecté ses engagements, un allégement intégral de sa dette.

Première étape : Point de décision

Pour bénéficier d'une assistance au titre de l'initiative PPTE, un pays doit satisfaire aux quatre conditions suivantes :

être admissible à emprunter auprès de l'Agence internationale de développement de la Banque mondiale, qui octroie des prêts sans intérêts et des dons aux pays les plus pauvres du monde et auprès du FMI, par le biais du fonds fiduciaire pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance, qui offre des prêts à des taux bonifiés aux pays à faible revenu.

- faire face à une charge d’endettement insoutenable, à laquelle ils ne peuvent s’attaquer au moyen des mécanismes d’allégement de la dette traditionnels.

- donner la preuve qu’il a procédé à des réformes et mené une politique économique avisée dans le cadre de programmes appuyés par le FMI et la Banque mondiale.

-avoir élaboré un document de stratégie pour la réduction de la pauvreté (DSRP) suivant un vaste processus participatif au niveau national.

Lorsqu’un pays a rempli ces quatre critères ou suffisamment progressé dans l’observation de ces derniers, les Conseils d’administration du FMI et de la Banque mondiale décident officiellement de son admissibilité à l’allégement de la dette et la communauté internationale s’engage à ramener la dette à un niveau jugé soutenable. La première étape de l’initiative PPTE est ce qui est appelé le point de décision. Lorsque le pays atteint ce point, il peut immédiatement commencer à recevoir un allégement intérimaire du service de sa dette qui est exigible.

Deuxième étape : point d’achèvement. Afin de recevoir la réduction intégrale et irrévocable de sa dette au titre de l’initiative PPTE, le pays doit :

- continuer de donner la preuve de bonnes performances dans le cadre de programmes soutenus par des prêts du FMI et de la Banque mondiale.
-exécuter de manière satisfaisante les grandes réformes convenues au point de décision.

- adopter et mettre en œuvre pendant un an au moins son DSRP.


Lorsqu’un pays a satisfait à ces critères, il peut atteindre le point d’achèvement, ce qui lui permet de recevoir l’intégralité de l’allégement de la dette promis au point de décision.

Pays bénéficiant d’un allégement de la dette. Sur les 39 pays qui sont admissibles ou peuvent être admissibles à une assistance au titre de l'initiative PPTE, 33 bénéficient d'un allègement intégral de leur dette de la part du FMI et d'autres créanciers après être parvenus au point d'achèvement. Trois pays sont arrivés au point de décision et certains d'entre eux reçoivent un allégement intérimaire. Trois autres pays, jugés potentiellement admissibles à l'initiative PPTE, n'ont pas encore atteint le point de décision. L’allégement de la dette libère des ressources pour les dépenses sociales.

L’allégement de la dette s’inscrit dans un effort beaucoup plus vaste recouvrant les flux d’aide, dont l’objet est de satisfaire les besoins de développement des pays à faible revenu et d’assurer que la dette reste durablement soutenable. Pour que la réduction de la dette ait un effet tangible sur la pauvreté, les ressources additionnelles doivent être consacrées à des programmes qui bénéficient aux pauvres.

Doper les dépenses sociales. Avant l’initiative PPTE, les pays admissibles dépensaient en moyenne légèrement plus pour le service de la dette que pour la santé et l’éducation combinées. Aujourd’hui, ils ont nettement relevé les dépenses consacrées à la santé, à l’éducation et à d’autres services sociaux. En moyenne, ces dépenses représentent six fois le montant des paiements au titre du service de la dette.

Réduire le service de la dette.

Pour les 36 pays qui bénéficient d’un allégement de la dette, les paiements au titre du service de la dette ont diminué en moyenne d’environ 2 points de pourcentage du PIB entre 2001 et 2010. La charge de leur dette devrait être réduite d’environ 90% après allégement total (y compris au titre de l’IADM).

Améliorer la gestion du service de la dette. L’allégement de la dette a sensiblement amélioré la situation d’endettement des pays qui ont dépassé le-point d’achèvement, ramenant leurs indicateurs de la dette au-dessous de ceux des autres PPTE et des non-PPTE. Cependant, nombre d’entre eux restent vulnérables aux chocs, en particulier ceux qui affectent leurs exportations, comme observé durant la récente crise économique mondiale. Pour réduire leurs vulnérabilités d’endettement de manière décisive, les pays doivent mener une politique d’emprunt prudente et améliorer leur gestion de la dette publique.

Allégement de la dette du FMI complété par d’autres sources

Environ 45 % du financement proviennent du FMI et d’autres institutions multilatérales et le reste de créanciers bilatéraux.

Le coût total de l’aide aux 39 pays qui ont été déclarés admissibles ou potentiellement admissibles à l’allégement de la dette au titre de l’initiative PPTE est estimé à environ 76 milliards de dollars EU en valeur actualisée nette à la fin de 2010.

Le FMI finance sa contribution essentiellement par les revenus de placement du produit des ventes d’or hors marché en 1999 qui ont été déposés au fonds fiduciaire RPC-PPTE. Des contributions additionnelles ont été apportées à ce fonds par les pays membres.

Les ressources du fonds sont aujourd’hui insuffisantes pour financer le coût de l’allégement de la dette pour tous les pays qui satisfont aux conditions initiales de l’allégement et atteignent le point de décision. La raison en est que le coût de l’allégement de la dette du Soudan et de la Somalie, ainsi que des autres pays qui ont rejoint l’initiative après 2006, n’a pas été inclus dans le plan de financement d’origine. Si ces pays progressaient vers le point de décision, il serait urgent de mobiliser des ressources.

Les tâches qui restent à accomplir

Nombre de pays parmi les six qui n'ont pas encore respecté la totalité des conditions d'un allégement complet de la dette se trouvent confrontés à des tâches similaires, notamment préserver la paix et la stabilité et améliorer la gouvernance et la prestation des services de base. Pour s'acquitter de ces tâches, ces pays devront s'employer sans relâche à renforcer leurs politiques et leurs institutions et recevoir une aide de la communauté internationale.

Il faut aussi veiller à ce que les pays admissibles obtiennent un allégement intégral de leur dette de la part de tous leurs créanciers. Bien que les plus gros créanciers (la Banque mondiale, la Banque africaine de développement, le FMI, la Banque interaméricaine de développement et tous les créanciers du Club de Paris) aient accordé toute leur part de l’allégement de dette prévu dans le cadre de l’initiative PPTE, et même au-delà, d’autres sont à la traîne. Les petites institutions multilatérales, les créanciers bilatéraux officiels non membres du Club de Paris et les créanciers commerciaux, qui représentent ensemble environ 25 % du total des coûts de l’initiative PPTE, n’ont fourni jusqu’à présent qu’une petite partie de l’allégement attendu de leur part.

Les créanciers bilatéraux non membres du Club de Paris ont accordé dans l’ensemble environ 40 % de leur part de l’allégement au titre de l’initiative PPTE, mais environ un tiers d’entre eux n’ont accordé aucun allégement. Des progrès ont été observés à cet égard au cours de l’année écoulée, mais ils restent décevants.

L’allégement de la dette accordé par les créanciers commerciaux a sensiblement augmenté ces dernières années, avec quelques grosses opérations appuyées par les opérations de rachat de la facilité de réduction de la dette de l’IDA. Quelques créanciers commerciaux ont entamé des poursuites contre des PPTE, ce qui remet fortement en question, sur le plan juridique, le partage des charges entre tous les créanciers, notamment les institutions multilatérales. Le nombre de poursuites engagées contre des PPTE a diminué ces dernières années, mais s’est stabilisé au cours de l’année écoulée.

Compte tenu de la nature volontaire de la participation des créanciers à l’initiative PPTE, le FMI et la Banque mondiale continueront de recourir à la persuasion morale pour encourager les créanciers à y participer et à assumer pleinement leur part de l’allégement au titre de cette initiative.

Le FMI et la Banque mondiale continueront également à améliorer leur capacité de suivi de l’allégement fourni au titre de l’initiative. Le FMI continuera d’aborder les questions liées à la participation à l’initiative PPTE dans le cadre de ses consultations régulières avec les pays créanciers et de ses autres missions dans ces pays.

Liste des pays qui ont rempli les conditions requises pour bénéficier de l'aide au titre de l'initiative PPTE, qui y sont admissibles ou potentiellement admissibles et souhaitent peut-être recevoir cette aide (en juin 2012)

Pays ayant dépassé le point d’achèvement (33)

Afghanistan
Bénin
Bolivie
Burkina Faso
Burundi
Cameroun
République centrafricaine
République du Congo
République dém. du Congo
Côte d’Ivoire
Éthiopie
Gambie
Ghana
Guinée-Bissau
Guyana
Haïti
Honduras
Libéria
Madagascar
Malawi
Mali
Mauritanie
Mozambique
Nicaragua
Niger
Ouganda
Rwanda
São Tomé-et-Principe
Sénégal
Sierra Leone
Tanzanie
Togo
Zambie
Guinée ( A partir de 25 septembre 2012 )

Pays en phase intérimaire (entre les points de décision et d’achèvement) (3)

Comores
Tchad

Pays n’ayant pas atteint le point de décision

Érythrée
Somalie

Source : FMI

 

 
Express TV
L'an 60 de la Guinée: Le président Alpha CONDE et la presse Internationale
Dépêches
Mamadou FOFANA Vs Seinkoun KABA
L’inconséquence de la Cour Suprême de Guinée !
Express radio

Archives

Echos de Sekhoutoureya
Exclusif : Communication : le plan caché du président ?
Politique
UFDG : Cellou Dalein a t-il vraiment trouvé une perle rare pour remplacer Bah Oury?
Interview de Kerfalla Camara, PDG de GUICOPRES
« Nous investissons pour vendre l’image positive de la Guinée »
Il faut sauver la Guinée du multipartisme désintégrateur
Mon point de vue (Par Sidiki Kobélé Keita )
HISTOIRE de la République de Guinée
Pourquoi est-il difficile aujourd’hui d’écrire sur la Première République (1958-1984) ? (Par El hadj Sidiki Kobélé Keita)
Interview de Sékou Souapé Kourouma avec le journaliste Bébel
« Je n’ai jamais été dans un mouvement armé quelconque avec Alpha Condé… »
REGIONS

Viols sur mineures : de nouveaux cas enregistrés à Conakry et Coyah

Reprise des activités commerciales : le maire de N’Zérékoré passe à la vitesse supérieure

Violences électorales à Kankan: Le gouverneur apporte des précisons et rassure les populations

Déclaration du ministère de la citoyenneté et de l'unité nationale: « L’élection est une compétition : OUI AU DÉBAT, NON A L’AFFRONTEMENT »

Opinion: Dépité, l’ancien député Marega nous livre ses dernières éructations (Tibou Kamara)

Présidentielle en Guinée: Alpha Condé en tournée, Cellou Dalein Diallo bloqué

Boké: des accrochages entre manifestants et forces de l'ordre font un mort à Kolaboui

Violences à Kankan : Ousmane Gaoual Diallo demande aux militants de l’UFDG de rester sereins

Dinguiraye/président ielle 2020: La CENI lance les opérations de distribution des cartes d’électeurs

Siguiri-Présidentielle 2020 : 246 commissions pour distribuer 455 605 cartes d’électeurs

Bannière